Inked : 3 questions à Borja Portella

Bonjour à toutes et tous ! Votre semaine commence bien, je le sens ! Ce week-end, je me suis faite tatouer. Ce n’était pas la première fois, mais ce tatouage me tenait à coeur depuis des mois. Je me suis inspirée d’un tissu. Aah ! Toujours ma passion pour la décoration, encrée à même la peau. J’en ai parlé à mon tatoueur, Marco, à qui j’ai soumis mon premier projet et qui l’a ensuite dessiné puis tatoué. Je voulais consacrer un article sur les tattoos car c’est un sujet qui me touche de près depuis quelques années et dont j’avais envie de parler pour celles et ceux qui seraient intrigués voire dérangés. Ce qui arrive encore malgré le fait que de plus en plus de gens décident de se tatouer. Ce cercle très privé n’est pas au goût de tous et c’est d’ailleurs une bonne chose puisque les goûts et les couleurs ne sont-ils pas dans la nature n’est-ce pas ? Ne dit-on pas ?

Dans cet article, j’ai aussi posé trois question au mannequin espagnol Borja Portella, véritable star de la streetwear et du web. Il nous donnera ses impressions…

J’aurai aussi le plaisir de vous présenter un tatoueur-artiste fabuleux, un poète et une âme sensible qui est difficile à attraper pour se faire tatouer. J’ai eu le privilège de faire partie de ses muses.

About Ink

Le tatouage est un art très particulier. Il peut être adoré, adulé et révulsif pour d’autres. C’est un mode d’expression si particulier. Dessiner sa peau dans la douleur. Se rappeler par certains dessins de moments forts ou d’étapes passées, de zones de confort balayées d’un revers de main. C’est aussi un parti pris, un acte irréversible et assumé pour toujours. Se faire tatouer et penser : « Que verra se dessin ? Me verra-t-il heureuse et en pleine santé, entourée des gens que j’aime et glissant sur la vie de manière tranquille et harmonieuse ? » Ou tout le contraire….

Le tatouage, c’est cet acte de courage qui nous apprend que nous assumons qui nous sommes enfin et les expériences du passé qui nous ont amenés jusqu’à cet état d’esprit de « liberté » et de « détachement » vis-à-vis du regard des autres et de leur préjugés.

C’est aussi beaucoup d’esthétisme. Lorsque un corps travaillé et sculpté se complète avec des dessins et l’encre, le tatouage devient magie.

Quand se décider ?

Je me suis tatouée très tard. J’étais déjà âgée de 37 ans et je l’ai fait parce que j’ai toujours voulu le faire, mais les dessins ne me plaisaient pas. La mode de l’époque des tatouages tribaux ne m’inspirait pas. Mais surtout, je crois que j’étais trop jeune et le tatouage ne m’attirait pas, tout simplement. Pourtant, je l’ai toujours vu comme une sorte de body art, une façon de se démarquer des autres, de créer sa propre histoire corporelle. Pour répondre à cette première question, je dirais qu’il ne faut sentir aucune hésitation. On se tatoue quand on se sent parfaitement prêt avec cette étape de vie. Ni les idées de tierces personnes comptent, ni les critiques ou encore les préjugés. Se tatouer c’est un moment très personnel entre vous et vous. Mais si je devais donner un petit avis quand même, je conseille de ne pas le faire trop jeune.

Se tatouer résulte, à mon avis, d’une maturité émotionnelle, voir un aboutissement du chemin qui nous mène à savoir qui nous sommes vraiment et si nous sommes prêts à nous assumer dans ce choix irréversible.

Quelques remarques à ne plus faire aux tatoués !

Nous vivons une époque de polémique permanente. Tout est commenté, étudié, scruté, critiqué, étiqueté et mis dans des cases… C’est si triste. Et le tatouage est le mode d’expression qui a littéralement explosé ces dernière années car c’est celui qui nous permet de nous exprimer à même notre peau. Et comme cela est encore autorisé, ce qui n’est malheureusement plus le cas de beaucoup de choses dans notre société, c’est une manière que nous avons de dire : « Je fais ce que je veux de mon corps, de ma peau et de ma vie !« . Malgré cela, il existe toujours des gens à qui nous n’avons rien demandé et qui se permettent d’ouvrir le bec pour donner leur avis. Voici les remarques les plus courantes et fatigantes et quoi répondre :

• « Tu vas avoir ce tattoo pour le reste de ta vie ?! »

Ouvrez les yeux bien grands et écarquillés et dites : « C’est vrai ? C’est indélébile ? Nooooon, sans blague ! On ne me l’avais pas dit ! Flûte de zut ! »

• « Mais tu ne vas rester jeune toute ta vie ? Comment seras-tu âgée et tatouée ? Cela ne risque pas de faire vulgaire ? »

De un, croyez-vous honnêtement que voir notre peau pendre à 80 ans sans tattoos va plus nous inciter à porter un crop-top ou une mini-jupe ? Un corps qui vieillit… vieillit et alors ? Il vieillira avec nos œuvres d’art, nos histoires… et tout le reste : nos cicatrices et les traces de notre vie. Mais regardez plutôt ceci… cette femme vous paraît-elle vulgaire ?

Moi, je serai fière d’être une grand-mère portant la chemise rayée proprette, la chevelure blanche et impeccable. A l’aise avec mon âge, portant fièrement le tablier de pâtisserie fleuri et de montrer à mes petits enfants mes tattoos… Leur mémé sera une mamie décalée, assumée, hypster, traditionnelle et surtout présente. C’est ce qui compte le plus et même si elle porte des tattoos !

• « Tu est si jolie, c’est dommage! »

« – Oui, merci de me dire que je suis jolie et bien maintenant je le serai encore plus !« 

« Oh mais s’il te plaît, n’en fais pas plus… tu vas encore en faire un ? »

Même si ce n’est pas le cas, la réponse la plus simple serait : « Ouiiiii, bien-sûr ! J’en ai prévu encore plein… je ne sais pas quand je m’arrêterais ! »

• Si vos parents désapprouvent

Dites-leur bien que vous êtes adultes et que de même que vous payez vos factures et impôts comme des grands, vous avez encore le choix de décider ou non si vous vous tatouez !

• Si votre conjoint désapprouve…

Dites-lui bien que votre corps vous appartient et que vous n’attendez pas sur son autorisation pour le faire.

• « Mais tu vas regretter ! »

J’ai une petite anecdote personnelle à ce sujet. J’ai été opérée des reins toute petite, donc, les cicatrices, j’en ai depuis un moment. M’as-t-on donné le choix ? Elles sont là depuis toujours et je ne les vois plus car elle font partie de moi. Et bien le tattoo, c’est pareil. C’est un choix, un passage à l’acte, point ! On ne passe pas toute la journée à se regarder dans le miroir et se dire : « J’aurais pas dû, qu’est-ce que j’ai fait ?« .

• « Que signifient tes tattoos ? »

Premièrement un tatouage ne signifie pas forcément quelque chose. Il ne correspond pas automatiquement à un moment de notre vie ou une date à ne pas oublier… Donc, il y a des tatouages qui sont juste une illustration de ce que nous souhaitons porter pour toujours. Puis, il y a ceux qui ont une signification. Cela est personnel, ce dessin nous appartient, le souvenir auquel il nous rapporte ne sera pas à étaler lors d’un repas avec des gens que nous connaissons à peine. Donc la réponse sera courte et simple  : « c’est personnel ! merci ».

Un engagement

Il est difficile de s’engager dans quelque chose à notre époque. Un travail, une relation… Alors imaginez-vous un tattoo !!! Le tatouage est réservé aux gens qui pensent et agissent, point ! La peur ne fait pas partie de cet acte.

« I’m not afraid, I was born to do this. » Jeanne d’Arc

Borja Portella

Ce jeune mannequin espagnol originaire de l’île de Minorque aux Baléares est devenu l’égérie de beaucoup d’enseignes et de marques de vêtements prestigieuses. Après avoir participé à une émission de téléralité en Espagne, il est devenu la personnalité dont les annonceurs s’arrachent l’image.

Il a notamment prêté son image pour Davidoff en Suisse.

Borja est aussi un dessinateur passionné et un adepte du tatouage. Je lui ai posé trois questions :

1 Pourquoi as-tu commencé à te tatouer !

J’ai toujours beaucoup aimé le dessin. Sensible depuis toujours aux différentes formes de l’art, mes tatouages en sont le reflet.

2 Comment vois-tu la peau tatouée : une œuvre d’art, un phénomène de mode ou autre chose…?

Je vois cela simplement comme quelque chose qui me plaît, une sorte de complément authentique qui fait partie de soi-même.

3 Quelle relation entretiens-tu avec la douleur que génère le tatouage ? Comment la gères-tu ?

C’est une relation d’amour / haine.

Merci à Borja !

Borja Portella

Le rituel

Qui est Marco ?

La relation entre un tatoueur et vous est très importante. Je dirais, pour être honnête, que sur les 7 que j’ai fait, un me plaît moyennement. La cause en est simple : je n’ai pas assez communiqué avec mon tatoueur. Il n’existait pas de « relation ou d’histoire ». Marco était le tatoueur de Barber Shop à Genève. J’ai eu ses coordonnées alors qu’il souhaitait devenir free lance. Très vite, le fait que cette personne soit « latino » comme moi a permis de développer une amitié entre nous. Je le vois peu, bien sûre, mais lorsque Marco vient à la maison pour un tatouage, nous en avons discuté par message très longtemps à l’avance. Pour son plus grand regret, même s’il ne le dit pas, car je change souvent d’avis… Puis il vient. Ne comptant pas les heures, son calme et son savoir-faire sont initialement très agréable à le voir tatouer. Plus tard, la douleur s’installant, il devient difficile de trouver un côté positif à ce moment, si ce n’est en se répétant en boucle « Je suis forte, je suis forte, il faut tenir, tenir, tenir…« .

Marco est la force tranquille, un rêveur, un artiste, un perfectionniste. Il chante avec moi lorsque je mets de chanson de chez nous, la salsa, la batchata, et autres artistes qui viennent du soleil.

Mais c’est comme tout artiste aussi, un oiseau difficile à attraper et il ne tatouera que si l’inspiration lui en dit. Mais lorsque sa décision est prise, son engagement et la relation qu’il créera avec vous n’aura pas son pareil. J’ai fait deux tatouages en salon et le fait que Marco vienne à domicile est un vrai plus pour moi. Je me sens plus à l’aise et tout le « tralala » des tatoueurs qui ont un peu de renommée me fatigue ! Marco est humble et modeste. Et croyez-moi que cela aide lorsqu’on souhaite se faire tatouer pour la première fois !

Find here Marco on FB

 Je vous souhaite d’ores et déjà une très très bonne semaine et vous dis à tout vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*